19 août 2008

La fin programmée de l'écriture manuscrite

Écrire à la main est encore indispensable dans la vie de tous les jours, en ce début de XXIème siècle. En sera-t-il toujours ainsi dans 100 ans ?
  • L'écriture est née il y a 6000 ans en Égypte et en Mésopotamie. Les égyptiens dessinaient des hiéroglyphes à l'encre sur des papyrus. Les sumériens écrivaient des caractères cunéiformes avec un calame en roseau sur des tablettes d'argile. Très peu de gens savaient lire et écrire.
  • La xylographie est inventée en Chine au VIème siècle. Les textes sont gravés à la main sur des tablettes de bois, pour être imprimés sur du papier en plusieurs exemplaires. Pour la première fois, on peut lire des textes qui n'ont pas été écrits à la main directement.
  • Vers 1040, Pi Cheng utilise des caractères mobiles en argile pour composer des textes à imprimer. Vers 1450, Gutenberg perfectionne la technique. Avec l'imprimerie, l'essentiel de la production de textes écrits n'est plus d'origine manuscrite.
  • L'imprimerie a aussi pour conséquence au XVIème siècle de porter le taux d'alphabétisation à 20% en Europe. Il passe à 90% en 1900. Les gens écrivent sur du parchemin, puis du papier, avec des plumes, des pinceaux, des crayons, ou des stylos.
  • La machine à écrire est commercialisée en 1870. Pour la première fois, on peut composer un texte, manuellement certes, mais sans outil scripteur, sans dessiner les lettres sur le papier, mais avec un clavier. Le traitement de texte sur ordinateur apparaît 100 ans plus tard. Il rend la composition de textes sans écrire à la main encore plus facile.
  • En ce début de XXIème siècle, la reconnaissance vocale et la reconnaissance d'écriture manuscrite voient le jour. Le première permet de dicter un texte que l'ordinateur transcrit. La deuxième permet de reconnaître un texte écrit à la main avec un stylo numérique sur un cahier numérique. Ces deux technologies sont perfectibles et prometteuses.
Les évolutions possibles au cours de ce siècle sont les suivantes :
  1. Les ordinateurs combineront la reconnaissance vocale et la reconnaissance d'écriture manuscrite. Les claviers disparaîtront. Les textes seront de préférence dictés à l'ordinateur, qui les transcrira dans un cahier numérique. Les textes pourront être modifiés en parallèle, en écrivant à la main dans ce cahier avec un stylo numérique.
  2. A terme, la reconnaissance vocale atteindra un niveau de compréhension de la langue suffisant, permettant d'utiliser les ordinateurs et autres matériels similaires, seulement par la voix. L'écriture manuscrite sera seulement utilisée quand la voix n'est pas une option, par les muets, ou dans certains domaines comme la calligraphie artistique.
  3. L'écriture sera probablement toujours enseignée dans les écoles pour des raisons pédagogiques, comme on enseigne le calcul. Et elle sera utilisée aussi souvent que l'on fait un calcul à la main sans l'aide d'une calculatrice...

3 commentaires:

  1. Il est fort peu probable que les gens refusent de taper, au profit de l'écriture. On choisit le plus facile.

    RépondreSupprimer
  2. Mais, n'est-il pas plus facile pour la majorité des gens justement d'écrire que de taper sur un clavier? Enfin, tout cela a de grandes chances de disparaître lorsque les ordinateurs comprendront bien notre langue...

    RépondreSupprimer
  3. Pour ceux qui ont appris l'écriture avant d'apprendre le clavier...

    RépondreSupprimer