12 août 2008

L'homme génétiquement modifié

Les paléontologues donnent à Homo sapiens un âge d'environ 200 000 ans. La durée de vie d'une espèce dans la lignée des hominidés est en moyenne de 0.5 à 1 million d'années. L'Homo sapiens est probablement à mi chemin de son parcours... Et pourtant, l'espèce humaine actuelle a toutes les chances de disparaître lors de ce troisième millénaire, pour être remplacée par l'homme génétiquement modifié (HGM): l'Homo genetice mutatus.

Les techniques de modification artificielle du génome des plantes et des animaux suivent un processus continu et en accélération:
  • La sélection artificielle des plantes menée par l'Homme a commencé il y a 9 000 à 11 000 ans. Elle permet d'accentuer certains caractères intéressants et en amoindrir d'autres, non-désirés et présents chez les plantes sauvages.
  • L'hybridation, ou croisement d'espèces différentes de plantes ou d'animaux, est née au XIXème siècle.
  • L'insertion dans le génome de nouveaux gènes issus d’un autre organisme a vu le jour au XXème siècle. Elle permet la création d'organisme génétiquement modifiés (OGM): tomate à mûrissement ralenti, maïs sécrétant une toxine insecticide, blé tolérant à un herbicide.
  • La thérapie génique, qui consiste à faire pénétrer des gènes dans les cellules d'un individu pour traiter une maladie, est née aussi au XXème siècle. Elle devrait pouvoir traiter les: cancers, infections virales, douleur, affections cardiaques, atteintes traumatiques du système nerveux.
  • La recherche sur les animaux transgéniques s'intensifie en ce début de XXIème siècle: saumon qui grossit plus vite, porc qui pollue moins, vache qui produit plus de lait, moustique mâle fluorescent.
Les cellules d'un individu modifiées génétiquement par la thérapie génique sont classifiées comme des OGM. Les patients traités ne sont pas considérés comme tels, par principe. Mais la nuance est mince.

Au cours de ce siècle, l'homme maîtrisera couramment la thérapie génique pour soigner de nombreuses maladies, et produira des animaux transgéniques de façon industriel. Les avantages et les inconvénients liés à ces techniques devront être appréhendés et résolus avec intelligence. Si tout se passe bien, l'homme sera alors prêt à modifier son génome jusqu'à devenir une (des) nouvelle(s) espèce(s) d'homme. Il sera toutefois indispensable de sauvegarder le génome de l'homme actuel, et de tester régulièrement les procédures de restauration de ce génome, au cas où l'aventure tournerait mal...


Image : Salvador Dalí. Enfant géopolitique observant la naissance de l'homme nouveau, 1943.

1 commentaire:

  1. Et l'évolution prématurée de l'homme par l'homme peut aller beaucoup, beaucoup plus vite que ce qu'on ne croit. Après tout, qui dirait non si, à la télé (Source perçue comme ultime et véritable, soit dit), on propose pour 50euro un traitement génétique, faisant de nous ce que l'on a toujours rêvé d'être.

    Peu dirais non, à part les sceptiques.

    RépondreSupprimer