24 juin 2009

Mesurer des distances à plus 100 millions d'années-lumière

Les céphéides ou étoiles variables à période ultra longue, devraient permettre de déterminer la distance de galaxies situées à plus de 300 millions d'années-lumière. C'est trois fois plus loin qu'avec les céphéides ordinaires. Les céphéides ULP sont encore plus grosses et brillantes. Elles font jusqu'à 20 fois la masse de notre soleil, et elles sont des dizaines de milliers de fois plus brillantes. Leur éclat varie sur une période de quelques mois. Plus une céphéide est brillante, plus elle peut être détectée loin, donc dans des galaxies encore plus lointaines.

La période de l'éclat d'une céphéide est directement liée à sa luminosité. La température de l’étoile augmentant, l’hélium de ses couches supérieures se ionise, ce qui augmente l’opacité de l’étoile. La pression de radiation s'accroît et contrecarre les forces de gravitation. L’étoile se dilate, elle devient ainsi plus brillante puisque sa surface augmente. En se dilatant, sa température diminue et les ions d’hélium finissent par capturer des électrons. L’opacité de l’hélium neutre baisse, la pression de radiation chute, et la gravité de l’étoile la fait se contracter. Sa surface et donc sa luminosité diminuent, et l’étoile se retrouve au début d’un nouveau cycle de pulsation.


Source : Laurent Sacco. De nouvelles céphéides pour mesurer l'Univers, www.futura-sciences.com, 21/6/2009.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire